Terre-Islam

Forum musulman


Heures au format UTC + 1 heure



Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 
Auteur Message
Hors ligne

Inscription: Mai 2015
Messages: 23
Sexe: Masculin
MessageSujet du message: L'histoire du chiisme
Posté: 12 Mai 2015, 15:11 


Salam 'alaykoum wa rahmatouLlahi wa barakatouh

Premièrement, 'Omar ibnou Al Khattab a dit : J'ai entendu le Messager d'Allah -صلى الله عليه وسلم – dire : « Les actes ne valent que par leurs intentions, et chacun sera rétribué selon son intention… », al hadith, rapporté par Al Boukhari et Mouslim.
Je prends donc à Témoin Allah mon Seigneur, ainsi que les gens qui lisent que je n'écris pour semer la dispute entre les musulmans, ni la discorde, ni la zizanie, ni pour ouvrir un pseudo débat stérile. Les disputes religieuses sont strictement interdites en Islam, et Allah nous demande d'être uni sur la vérité en frères. Allah sait parfaitement ce que cachent les intentions.

Le Messager d'Allah -صلى الله عليه وسلم- a dit à Abou Moussâ Al-Ach’ârî et Mou’âdh ibn Jabal : « Annoncez la bonne nouvelle et ne faites pas fuir, facilitez et ne rendez pas difficile, unissez-vous et ne divergez pas. »

Ceci dit, louange à Allah. Il n'y a pas d'union possible entre sunnites et chiites, tout comme il n'y a pas d'union possible entre les gens de la vérité et les gens du faux. Certains écrivent comme si ils voudraient détruire la barrière entre le vrai et le faux. Le monothéisme et l'idolâtrie. Mais cela est impossible par nature.

Allah تعالى a dit dans le Coran (selon le sens) : { Certes, la religion pour Allah, c'est l'Islam. } [All 'Imrane : 19]

L'imam Al Barbahary a dit : « Sache que l'Islam est la Sounnah, et que la Sounnah est l'Islam. »

L'imam Qatadā Al Bassry (mort en 117) a dit : « C'est la religion d'Allah. L'islam : l'attestation qu'il n'y a de vrai dieu si ce n'est Allah, la reconnaissance publique de ce qui vient d'Allah, ce qu'Il a légiféré pour Lui-même, envoyé avec Ses Messagers et indiqué à Ses alliés. Il n'agréé rien d'autre, et ne récompense que par cela. » Source : Tafssir At Tabari

L'imam ibn Al Qayiam a dit dans Tariq al hijratayne : « L'islam est l'unicité d'Allah (tawhid Allah), son adoration seul sans associé à Lui, la foi en Allah et en Son Messager, ainsi que le suivi de ce avec quoi il est venu. Celui donc qui n'a pas cela n'est pas mouslim ("musulman"). Et s'il n'est pas mécréant orgueilleux, alors il est mécréant ignorant. »

Allah a dit (TRSV) : { Tu n'en trouveras pas, parmi les gens croyants en Allah et au Jour dernier, qui aiment (religieusement) ceux qui s'opposent à Allah et à Son Messager, fussent-ils leurs pères, leurs fils, leurs frères ou les gens de leur tribu. Il a décrété la foi pour leurs cœurs et Il les a aidés de Son secours. Il les fera entrer dans des Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux, où ils demeureront éternellement. Allah les agréé et ils L'agréent. Ceux-là sont le parti d'Allah. Le parti d'Allah est celui de ceux qui réussissent. } [Al Moudjadilah : 22]

Je crois que la venue en France de Al Khoumeyni avant la révolution iranienne est la plus grande calamité qui ait frappée la communauté musulmane. Car ce type est comme a dit l'imam Mouqbil Al Yamani : un hypocrite dangereux (mounafiq khattir). انظر في الكتاب الإلحاد الخميني

En Islam les meilleurs de l'humanité sont les Prophètes d'Allah (en premier Mohammed puis Ibrahim), ensuite ce sont les sahabas ; les nobles compagnons du Prophète Mohammed, tous sans exception.

Dans le chiisme les meilleurs de l'humanité sont Mohammed -صلى الله عليه وسلم- et sa fille Fatima, puis 12 imams dont 'Ali est le premier. Selon cette religion ils sont infaillibles, alors qu'en Islam seul les prophètes d'Allah sont infaillibles.

On rapporte au sujet de Abou Moûsa Al-Ach'ari qu'il dit : "Je serai aujourd'hui le portier du Messager d'Allâh (صلى الله عليه وسلم)."
A ce moment arriva Abou Bakr qui poussa la porte. Je dis : "Qui va là ?"
Il dit : "Abou Bakr." Je lui dis : "Attends un peu."
Puis je m'en allai et dis : "Ô Messager d'Allâh ! Voilà Abou Bakr qui demande l'autorisation d'entrer."
Il dit : "Laisse-le passer, et annonce-lui le Paradis."
Je retournai auprès de Abou Bakr et lui dis : "Tu peux entrer et le Messager d'Allâh t'annonce le Paradis." (Al-Boukhâri, Mouslim)

La base chez un individu qui prononce al chadatayne (la double attestation de foi; achahadou ana la ilha ilALlah wa ana Mohammadan Rasoulou Allah), c'est qu'il est mouslim. C'est pour cela que les chiites sont généralement considéré musulmans, comme l'a expliqué l'imam Al Albani il y a une quinzaine d'années.

Malheureusement à notre époque les rafiddas (rafidites) sont nommé chiites par beaucoup de gens ignorant les réalités. Or, les savants de l'islam ont fait une différence. Ainsi si ce qui est voulu par le chiisme c'est la secte « Zaydîyyah », ces chiites-là sont considéré comme musulmans malgré leurs erreurs.
Tandis que ce que les rafiddas ont voulu introduire dans l'islam ce qui correspond au culte des idoles et cela a commencé 25 ans après la mort du Messager d'Allah. A notre époque ce sont les suiveurs de Al Khomeiny, et aussi Hussein Al Houthy (mort en 2004 au Yémen). Selon la plus part des savants ; Ceux-là ne sont pas musulmans mais mécréants.
Ceci car ils atteignent des sommets dans l'hypocrisie. Ils insultent Abou Bakr, Omar et 'Aicha. Ils rendent mécréants les sahabas sauf cinq ou six.
Ils attribuent à 'Ali ibn Abi Talib des pouvoirs divins ou prophétiques. Ils rendent licite la prostitution en la nommant "mariage temporaire", etc.

L'imam Abou Sa'd AsSam'any (mort en 562 H.) a dit : « Il y a consensus de la communauté au sujet de l'excommunication (takfir) de Al imamiyah (les rafiddas); car ils croient en l'égarement des Sahabas (compagnons de Mohammed), rejettent leur consensus et ils les affilient à ce qui ne correspond pas à leur rang. »

L'imam 'Abd El Qahar ibnou Al Baghdaddy (mort en 429) a dit en parlant des rafiddas (dans son livre sur les sectes) : « Et cette secte ne fait pas partie des sectes de la communauté islamique !! »
Avant lui le célèbre imam de Médine; Malik ibnou Anas (mort en 179) avait décrété les rafiddas mécréants.

L'imam ibnou Taymiya a dit dans Majmou' al fatawa (17/446) : " Le chiisme "modéré" qui correspond au fait de préférer 'Ali et à le faire prévaloir sur autrui (o nahou dhalik) ne faisait pas partie de l'innovation des hérétiques (zanadiqa), contrairement à la prétention qu'il y a un Texte (nass) sur cela et une infaillibilité, car celui qui a innové cela était un hypocrite hérétique (zindiq). "
La première catégorie qu'il a cité correspond donc aux zaydiyah considérés comme musulmans, et la seconde catégorie sont les rafiddas; mécréants à l'unanimité.

Un sahabi est quelqu'un qui a rencontré le Prophète Mohammed, cru en lui, puis est mort dans l'islam.
Les bons musulmans aiment tous les Sahabas sans exception, les considérants comme les gens du Paradis, ajoutant foi aux éloges d'Allah dans Son Livre à leur égard.

Les croyants prennent pour allié tout croyant dont la foi est sincère, et dont font partie notamment les gens pieux de Ahlou el Baït. Ils ne s’en tiennent pas à un nombre déterminé.
Il faut compter en premier lieu l’élite des croyants qui sont les dix élus auxquels le Prophète -صلى الله عليه وسلم– a annoncé le Paradis.

Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit :
« Aboubakr est au Paradis, 'Omar est au Paradis, Ali est au Paradis, Othman est au Paradis, Talha est au Paradis, Az-Zoubayr est au Paradis, AbdurRahman Ibn ‘Awf est au Paradis, Sa’d Ibn Abi Waqqas est au Paradis, Sa’id Ibn ‘Amr Ibn Noufayl est au Paradis et Abou Obayda Ibn Al Jarrah est au Paradis. »
Les chiites ne croient pas en cela.
Le simple fait que les chiites contestent au Prophète - صلى الله عليه وسلم – que ses dix hommes soient effectivement des habitants du Paradis, est une raison pour les considérer apostats. En outre, les mouslimines prennent pour alliés le reste des Compagnons qui portèrent l’Islam sur leurs épaules et qui poussèrent les frontières de ses adeptes au bout du monde.

Si les savants et les imams auraient eu le moindre doute sur le fait que les raffiddas sont mécréants, ils ne l'auraient jamais dit, ceci car ils savent que d'excommunier un mouslim (takfir) sans preuve valable fait partie des plus grand pêchés.

L'imam Abou Zouhra ArRazzi عبيد الله بن عبد الكريم بن يزيد بن فروخ (mort en 264) a dit : " Si tu vois un homme qui en dénigre un parmi les compagnons du Prophète صلى الله عليه وعلى آله وسلم, sache donc que c'est hypocrite (zindiq).
Ceci, car pour nous le Messager صلى الله عليه وعلى آله وسلم est vérité et le Coran est vérité.
Et ceux qui nous ont transmis ce Coran ainsi que les sounan sont les compagnons du Prophète صلى الله عليه وعلى آله وسلم et ils veulent (les chiites) critiquer nos témoins pour rendre faux le Coran et la Sounnah. Mais ils méritent le plus la critique et ils sont des hypocrites (zanadiqua).
"

Le mot zindiq est d'origine perse.
Certains ont dit que le zindiq est pire que le mounafiq, car le mounafiq est celui qui se fait passé pour un mouslim en cachant sa mécréance sans pour autant prêcher la mécréance, tandis que le zindiq lui il prêche. Wa AllahouA'lam.
L'imam Ahmed ibnou Hanbal a dit : « Les raffiddas ne font en rien partie de l'islam. »

Question : Quelle est le jugement pour ceux qui prétendent que le Messager (sallallahu ’alayhi wa sallam) a attitré ’Ali (radhiallâhu ’anhu) comme Calife, et disent que les Compagnons (radhiallâhu ’anhum) ont comploté contre lui ?

L'imam 'Abd El 'Aziz ibnou Baz a dit (Fatâwa Islâmiyyah - 1/45-46) :
« Ce dire n’est pas connu des groupes musulmans si ce n’est du groupe des Chiites, et ceci est un dire nul qui n’a aucun fondement dans les récits du Prophète qui ont été authentiquement reconnus comme provenant du Messager d’Allâh (sallallahu ’alayhi wa sallam). Bien au contraire, de nombreuses preuves indiquent l’évidence du Califat après le Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) de Abû Bakr As-Siddîq (radhiallâhu ’anhu), ainsi que [les preuves] des compagnons du Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam).

Ceci dit, le Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) ne l’a pas affirmé clairement, et il ne l’a pas nommé dans son sens le plus clair ; il a plutôt donné des ordres qui ont indiqué cela : quand il lui a demandé de guider les gens dans la prière lorsqu’il [le Prophète] (sallallahu ’alayhi wa sallam) était malade, et quand il lui a rappelé au sujet du Califat après lui, il (sallallahu ’alayhi wa sallam) dit : « Allâh et les croyants refuseront quiconque si ce n’est Abû Bakr. »

Et c’est pour cela que les Compagnons (radhiallahu ’anhum) lui ont prêté allégeance (radhiallahu ’anhu), et ils ont consenti à l’unanimité que Abû Bakr était le meilleur parmi eux. Il a été rapporté dans le hadîth de Ibn ’Oumar (radhiallahu ’anhu) que les Compagnons (radhiallâhu ’anhum) avaient l’habitude de dire du vivant du Prophète : « Le meilleur de cette Communauté après son Prophète est : Abû Bakr, ensuite ’Omar, ensuite ’Outhmân. » Et le Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) a approuvé leur dire sur cela. Selon un récit continu provenant de ’Alî (radhiallâhu ’anhu), il [’Ali] était de ceux qui disaient : « Le meilleur de cette Communauté après son Prophète est : Abû Bakr, ensuite ’Omar. »

Et il (radhiallâhu ’anhu) avait l’habitude de dire : « Il n’y en a pas un qui me favorise à eux, sans que [pour cela] je le fouette avec la punition de « hadda » pour avoir mentit. » Il n’a jamais dit de lui-même qu’il était le meilleur de cette Communauté ou que le Messager d’Allâh (sallallahu ’alayhi wa sallam) l’avait nommé comme Calife. Il n’a jamais dit que les Compagnons (radhiallâhu ’anhum) avaient été injustes [à son égard] et qu’ils lui ont pris ses droits. Quand Fâtimah (radhiallâhu ’anha) mourut, il donna une deuxième promesse de fidélité à Abû Bakr comme confirmation de sa première promesse, et il a démontré aux gens qu’il était avec le groupe unique des musulmans ; il n’avait aucunement en lui de réserve quant au fait de prêter allégeance à Abû Bakr (radhiallâhu ’anhu).

Quand ’Omar a été poignardé, il cita six des dix de ceux à qui le Paradis a été promis, et parmi ces nommés, il y avait ’Alî (radhiallâhu ’anhu), et il [’Alî] n’a jamais désapprouvé ’Omar sur cela, ni de son vivant, ni même après sa mort. Et il [’Alî] n’a pas dit qu’il était le premier d’entre eux, comment alors une personne parmi les gens peut se permettre de mentir au sujet du Messager d’Allâh (sallallahu ’alayhi wa sallam), et dire ainsi qu’il a nommé ’Alî comme Calife. ’Alî lui-même n’a jamais demandé cela pour lui, et aucun des Compagnons n’a réclamé cela pour lui. Ils ont plutôt consenti à l’unanimité sur l’authenticité du Califa de Abû Bakr, ’Omar et ’Outhmân ; et ’Alî (radhiallâhu ’anhu) a reconnu cela, et il leur a apporté son aide dans le Djihâd, la consultation, et autre que cela.

Ensuite, les Musulmans ont formé un consensus après les Compagnons sur la base du consensus des Compagnons. De là, il n’est aucunement permis après cela à quiconque ou tout groupe, Chiites ou autres, d’affirmer que ’Alî était le successeur attitré, ou que les Califats avant lui sont caduques. De la même façon, personne n’a le droit de dire que les Compagnons ont été injustes [à son égard] et qu’ils lui ont pris ses droits. Mais c’est plutôt le plus caduque des mensonges, et des mauvaises pensées sur les Compagnons du Messager d’Allâh (sallallahu ’alayhi wa sallam), y compris ’Alî (radhiallâhu ’anhum adjma’în).

Et certes Allâh a empêché et protégé cette Oummah Mohammadiyyah de former un consensus sur l’égarement. Il a été rapporté de façon sûre dans beaucoup de récits Prophétiques que le Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) a dit : « Un groupe de ma Communauté adhèrera toujours à la vérité en ayant le dessus. » Il est impossible que cette Communauté des générations les plus nobles puisse consentir sur ce qui est faux [caduque], et ce sont les Califats de Abû Bakr, ’Oumar et ’Outhmân. Et nul ne peut dire [ce mensonge], pour qui croit en Allâh et le Jour Dernier, et nul ne peut dire cela, pour qui a la perspicacité la plus légère dans les décisions Islamiques. » Fin de citation

L'imam Harb ibn Isma'il Al Kirmany, compagnon de l'imam Ahmed ibn hanbal, (mort en 280 رحمه الله ) a évoqué les sectes chiites dont celle d'ibou Sabah, puis il a dit :
« En vérité, les partisans (chi'a) de la famille de Mohammed -صلى الله عليه وسلم- sont les pieux, les gens de la Sounnah et du athar, tel qu'ils sont et où qu'ils soient, ceux qui aiment la famille de Mohammed صلى الله وسلم وبارك عليه، وعلى آله وصحبه أجمعين et l'ensemble de ses compagnons (al Sahabas), ils n'évoquent aucun d'eux en mal, ni en défaut, ni en rabaissement et celui qui évoque un compagnon de Mohammed -صلى الله عليه وسلم- en mal, ou le diffame, ou se désavoue de lui, ou l'insulte c'est un rafidi, dissident, mauvais, égaré. »
(Idjma' as salaf fi al i'tiqad kama hakahou al imam Harb benou Isma'il al Kirmany, page 86)

.قال أبو يعلى الخليلي القزويني في كتابه " الإرشاد في معرفة علماء الحديث " : وضعت الرافضة من فضائل علي رضي الله عنه وأهل بيت نحو ثلثمئة ألف حديث
L'imam Khalil ibn 'AbdiLlah ibn Ahmed Al Qazwayny (mort en 446) a dit dans al Irchad fi ma'rifat 'olama al hadith: « Les rafiddah (chiites) ont inventés environ 300 000 récits sur les mérites de 'Ali (ibn Abi Talib رضي الله عنه) et les gens de la maison (ahlu albayt). »

L'imam Mohammed ibnou Youssouf Al Firyabi (mort en 212) fut questionné : Qu'es que tu dis sur Abou Bakr et 'Omar ?
Il dit : Le Messager d'Allah –prières d'Allah sur lui et sa famille ainsi que la paix- les a certes préférés, et un homme de Qouraych m'a informé qu'un lieutenant a saisi deux hommes des rafiddas; il leur a dit :
Par Allah, si vous n'allez pas m'informer sur ce qui vous a poussé à dénigrer Abou Bakr et 'Omar je vous tuerais ! Ils ont refusé, il a donc avancé l'un d'eux et l'a décapité. Ensuite il a dit à l'autre : Par Allah, si tu ne me le dis pas je t'associerais à ton camarade. Il dit : Es que tu me garantit la sécurité ? Il dit : Oui.
Il dit : « Nous avons voulu par cela le Prophète; nous nous sommes alors dit : les gens ne nous suivront pas sur cela (la critique du Prophète); nous nous sommes donc volontairement orienté vers ces deux hommes et les gens nous ont suivi !! »

L'imam ibnou Taymiya (dans Minhaj As-Sounna) a dit : « Et parmi eux (les rafiddas) il y en a qui nomment leur chien Abou Bakr et 'Omar, et il les maudissent. »
Allah تعالى a dit à ce sujet dans sourate Al Kahf (TRSV) :
{ Dis: «Voulez-vous que Nous vous apprenions lesquels sont les plus grands perdants, en œuvres?
( 104 ) Ceux dont l'effort, dans la vie présente, s'est égaré, alors qu'ils s'imaginent faire le bien.
( 105 ) Ceux-là qui ont nié les signes de leur Seigneur, ainsi que Sa rencontre. Leurs actions sont donc vaines.» Nous ne leur assignerons pas de poids au Jour de la Résurrection.
( 106 ) C'est que leur rétribution sera l'Enfer, pour avoir mécru et pris en raillerie Mes signes (enseignements) et Mes messagers. }


L'imam Bichr benou Harith Al Marwazy (mort en 257 رحمه الله) a dit : « Celui qui insulte les compagnons du Prophète -صلى الله عليه وسلم- est alors kafir (mécréant), et ceci même si il jeune, et prie, et prétend être des musulmans. »

L'imam Ahmed ibnou Younous a dit : « Je ne mange pas la viande d'un homme rafiddi, car il est pour moi un apostat (mourtad). » (Charh Ousoul i'tiqad ahlou Sounnah)

L'imam 'Abde Rahman ibnou 'Amrou Al Awza'y (mort en 157 رحمه الله) a dit : « Celui qui insulte Abou Bakr a certes apostasié de sa religion (l'Islam), et a rendu licite son sang. » L'imam Al Firyabi a aussi dit que celui qui insulte Abou Bakr est kafir.

Al Khalifat Al Mahdy a dit : « Je n'ai pas décelé un rafiddi sans l'avoir trouvé hypocrite (zindiqa ; celui qui la cache la mécréance et se fait passer pour mouslim). »

Les chiites disent aussi que 'Aicha est la vache de sourate Al Baqarah et que 'Omar aimait se faire sodomiser, etc. Ils essayent de donner l'image d'un 'Ali en conflit avec les autres sahabas depuis la mort du Prophète, voir victime d'un prétendu complot. Sans le mensonge ils sont comme un poisson sans eau, ou un moustique sans ailes.

Ils prétendent que 'AbdouLlah ibnou Sabah, le fondateur juif de leur religion n'a jamais existé ! En effet, existence bien dérangeante pour eux, car les livres d'Histoire prouvent que leur religion est basée sur l'hypocrisie totale et le meurtre de l'imam pieux 'Othmane ibnou 'Affane.
Ils disent que nous pouvons adorer ahlou al bayt ; exactement comme les chrétiens adorent 'Issa, sa mère et leurs saints. Idolâtrie satanique menant vers l'Enfer éternel. Parmi eux il y en aussi qui disent aussi que Mohammed -صلى الله عليه وسلم- a fait une "Révolution", ce qui est complètement faux.
Ils disent que le Prophète a dit au sujet de 'Ali : Celui-ci est mon frère, mon wassy, et mon successeur après moi, écoutez-le donc et obéissez-lui. !! Ce qui est absolument mensonger.

'Abd El Houssein A-Chi'i (son nom est interdit) a gravement menti. Au sujet du début de sourate Al Ma'arij (TRSV) : { Un demandeur a réclamé un châtiment inéluctable, pour les mécréants, que nul ne pourrait repousser. }
Selon lui : Le demandeur est Mohammed, et le châtiment pour les kouffars ; ceux qui refusent l'allégeance à 'Ali !!
Et l'hérétique Al Khoumeyni a imité cet exégète sataniste en disant la même chose !

Les chiites attribuent aussi des paroles à 'Ali qui sont des arguments contre eux, et non pas en leur faveur. Par exemple : "Prenez garde aux partisans de l'hypocrisie car ils s'égarent eux-mêmes, et égarent les autres. Leurs cœurs sont atteints d'infection même si, en apparence ils vous semblent sains."
"La parole de l'hypocrite est belle, mais son intérieur est rebelle." "L'orgueil corrompt l'intelligence."
"L'homme faible d'esprit est fort en prétentions." "Quiconque se débarrasse du fardeau de la haine éprouve un sentiment de quiétude dans son cœur." "Garde-toi d'opprimer celui qui, contre-toi, n'a d'autre protecteur que Dieu." "Le savant reste vivant même après sa mort; l'ignorant est mort même de son vivant."
Etc.
Des paroles vraies que le noble imam 'Ali n'a probablement jamais dites, mais les chiites s'en servent pour amadouer et mener les gens vers leur doctrine abjecte. Cette doctrine même qui est à l'opposé total de ces belles paroles.

L'imam ibnou Taymiya a dit (Minhaj As-Sounna 5/171-172) : « Il n'y a pas de rafiddi, ni de jahmy sans qu'il ne soit hypocrite ou bien ignorant de ce avec quoi est venu le Prophète -صلى الله عليه وسلم-, ce n'est pas possible qu'il y ait parmi eux un savant de ce avec quoi est venu le Messager avec la foi en lui, car leur opposition à ce avec quoi est venu le Messager avec les mensonges contre lui ne peut pas être caché que à un exagérateur dans l'ignorance et la passion. »

Et aussi (Minhaj As-Sounna 2/452) : « Les ismaéliens, ceux qui disent que les Bany 'Oubeyd sont infaillibles : ceux qui s'affilient à Mohammed ibnou Ismâîl ibnou Ja'far disant que l'imamat après Ja'far est dans Mohammed ibnou Ismâîl sans Moussa ibn Ja'far, ceux là sont des malahida mounafiquounes (sans-religion, hypocrites).
Et les duodécimains (Imamiya al ithna 'achriya) sont meilleurs qu'eux de beaucoup, car les imamites malgré leur excès d'ignorances et d'égarements, il y a parmi eux des musulmans intérieurement et extérieurement qui ne sont pas zanadiqa mounafiquines, mais ils ont ignorés, se sont égarés et ont suivis leurs passions.
»

Les Imâmites s’alliaient à Moussâ ibn Ja’far et sa descendance tandis que les Ismaélites se revendiquent d’Ismâ’îl ibn Ja’far et de sa descendance. Ces derniers lui vouaient un encensement à outrance, mais depuis l’époque de la dynastie Safavide, les Imâmites leur envient ce credo. C’est pourquoi, ils sombrèrent dans le même gouffre sous l’impulsion d’El Majlisî et de ses complices.
Ainsi, l’excès (ou le "radicalisme") qui fut caractéristique aux Ismaélites s’est répandu à toute la secte Imâmite.

Il n’existe plus aucune différence entre eux si ce n’est sur le choix des personnes qu’ils encensent, et qu’ils placent au-dessus du Prophète.
Au même moment, à travers le propos de Mohammed Hassan El Achtiyânî, les Imâmites s’autorisent à ne pas croire aux paroles du Prophète qui concernent le monde de l’inconnu, comme la création de la terre et des cieux, et la description de l’Enfer et du Paradis.
Or, ils attribuent à leurs Imams et notamment à leur douzième Imam imaginaire, ce qui les élève au niveau des dieux grecs.
Il leur est donc impossible d’aspirer au moindre rapprochement avec toutes les tendances islamique confondues, étant donné qu’ils ont des fondements radicalement différents.

Si quelqu'un dit d'une personne : Untel a de mauvaises fréquentations. Quel est l'effet produit ? Quel est le ressentiment ? C'est sûr que cela donne une mauvaise image de la personne. cela implique qu'elle n'est pas fréquentable, ou qu'elle ne connait pas ses compagnons, ou ne sait pas les choisir. Ainsi, par hypocrisie, les rafidda n'insultent pas directement le Prophète - صلى الله عليه وسلم – (du moins en public, sauf peu d'entre eux), mais ils passent par les insultes contre ses nobles compagnons comme Abou Houreyra, Abou Moussa et d'autres.
Il y a en cela une critique et une persécution contre notre Prophète bien aimé - صلى الله عليه وسلم –, car il aimé tous ses compagnons sans exception et sans le cacher.
Et Allah –Ta'ala- a fait les éloges des sahabas dans le Coran, sans en omettre un seul.

Les rafidda sont donc "islamophobes" comme on dit. Et ce sont les chiites duodécimains avec toutes les sectes que cette religion comporte. Les rafiddas étaient minoritaires au premier et deuxième siècle de l'hégire au sein de ceux qui se disait partisan de 'Ali. Ce qui était vu par les chiites eux-mêmes à l'époque comme étant de l'exagération, est devenu des obligations dogmatiques !
Ils ont élevés des personnes au-dessus du rang de la prophétie.

Le fils de l'imam Ahmed ibnou Hanbal a demandé à son père (mort en 241) : « Qui sont les rafiddas ? » Il dit : « Ceux qui insultent et dénigrent Abou Bak et 'Omar رحمهما الله. »

Il y a des sujets de divergences entre les musulmans. Par exemple; es que les hommes peuvent se raser toute la moustache ou es qu'ils doivent juste la diminuer. Mais le fait que le rafiddisme est une religion mécréante indépendante de l'islam ; cela n'a jamais été un sujet de divergence entre les musulmans, ceci depuis l'époque du noble imam 'Ali ibn Abi Talib jusqu’à nos jours.

Notre Seigneur تعالى a dit (TRSV) : { Et ne vous penchez pas vers les injustes; sinon le Feu vous atteindrait. Vous n'avez pas d'alliés en dehors d'Allah. Et vous ne serez pas secourus. } [Houd : 113]

L'inexistence du douzième Imam des chiites (Mohammed ibn Al Hassan) et de son occultation :

Le texte ci dessous est une traduction du livre :
الخطوط العريضة
للأسس التي قام عليها دين الشيعة الإمامية الإثني عشرية
واستحالة التقريب بينها وبين أصول الإسلام في جميع مذاهبه وفرقه
بقلم
الكاتب الإسلامي الكبير
السيد محب الدين الخطيب

Livre trouvable sur le net avec le tahqiq.

Il ne nous incombe pas de croire en l’existence d'un douzième "Imam". C'est est un personnage imaginaire. Les chiites le comptent mensongèrement parmi les fils de El Hassan ibnou 'Ali El ‘Askarî, alors que ce dernier était stérile. Son frère de sang, Ja’far ibnou ‘Alî, mit au courant ses héritiers qu’il n’avait pas eu d’enfant.

Les ‘Alawiyûn (les descendants de ‘Alî) conservent un registre des naissances. Un doyen (Naqîb) de l’époque consignait chacun de leurs accouchements. Aucune naissance affiliée à El Hassan El ‘Askarî ne fut relevée. Les ‘Alawiyûn contemporains était au courant que ce dernier n’avait laissé aucun enfant mâle après sa mort. Le problème, c’est que cet homme était stérile. La chaîne des Imams tout comme la croyance Imamite devait donc s’éteindre avec lui.

Les partisans Imamites ne pouvaient plus se revendiquer comme tels puisqu’ils n’avaient plus d’Imam. C’est pourquoi, l’un de leur démon qui porte le nom de Mohammed ibn Nosaïr, captif de la tribu Noumaïr, leur a trouvé un échappatoire ! Il leur a monté de toute pièce la légende du fils imaginaire d’el ‘Askarî qui se serait caché dans la galerie de la maison paternelle !

Les chiites n’avaient pas accès à cette fameuse galerie –en supposant qu’elle exista vraiment – et ils n’avaient pas le droit d’y entrer. Ja’far, le frère d’El Hassan en était le responsable. Cependant, ce dernier affirme que son frère n’avait laissé aucune descendance ni à l’intérieur d’une galerie imaginaire ni même ailleurs. S’il est fait allusion toutefois à plusieurs galeries, le problème reste de pouvoir le retrouver !

Lui et ses complices cherchaient à travers cela, à escroquer le commun des chiites et la classe aisée afin de leur soutirer la Zakât (l’Aumône) au nom du supposé Imam. Il faisait ainsi une pierre deux coups, car cela lui permettait également d’entretenir la légende Imamite. Pour se faire, il se désigna le gardien de la galerie imaginaire ou la « porte » (el Bâb) qui serait l’intermédiaire entre l’Imam et ses partisans. Il avait la fonction de récolter la Zakât. Ses malicieux acolytes s’opposèrent à cette idée et ils résolurent que le gardien des lieux devait être un fabriquant d’huile (Zaïyyât) ou de beurre (Sammân).
Leur boutique à l’intérieur de laquelle les visiteurs pouvaient se ravitailler en affaires domestiques, devait donner devant la maison d’el Hasan et de son père. Après cette dissension, l’auteur du concept décida de se séparer de ses compères et il fonda la tendance Nosaïriya dont le nom fut formé sur le sien.

Ses anciens complices ne s’en sont pas arrêtés là. Ils voulaient trouver une astuce pour sortir au grand jour leur prétendu douzième Imam. Il devait se marier et assurer une descendance afin de perpétuer la tendance Imamite. Une telle machination cependant allait attirer les foudres des doyens ‘Alawites, et de tous ses membres. La colère allait s’étendre également chez leurs cousins germains de la dynastie abbasside. Ils conclurent alors qu’il devait rester cacher dans sa galerie mais que sa disparition (Ghaïba) prendrait deux aspects ; il y aurait désormais une disparition mineure et une disparition majeure.
Les païens grecs eux-mêmes n’ont pas fait mieux en matière de légende !

Ces gens-là réclament en prime aux mouslimines de croire en ces balivernes, après qu’Allah leur a fait jouir de la raison, sous prétexte de parvenir à une entente ! Nous louons Allah pour nous avoir doté de la raison sans laquelle l’individu ne serait pas responsable. Après une foi saine, la raison est considéré comme le bienfait le plus noble et le plus précieux dont peut jouir l’être humain.

Abou Issa Al Asfhany ; son nom est Isshaq ibnou Ya'qoub. C'est un juif perse. Un égaré, et il n'y a aucun lien avec l'islam.

Abou Issa Al Asfhany (et non pas "Isfahani") est peut être un des fondateurs du chiisme international, avec le juif AbdouLLah ibnou Sabah. Ceci car il s'est rebellé contre les musulmans avec sa troupe, puis s'est fait tué. Après sa mort ses suiveurs ont renié sa mort et on prétendu qu'il s'est caché dans une grotte. Tout ceci entre l'an 65 et 85 de l'hégire en Perse (actuel Iran), à l'époque de l'imam pieux ; Abd El Malik ibn Marwane.
Plus tard dans le chiisme rafidite ; le "mahdi" (selon eux, pas selon l'islam) n'est pas mort mais il s'est caché dans un souterrain...

Allah a dit (selon le sens) : { Qu'on exalte la Bénédiction de Celui qui a fait descendre le Discernement (le Coran) sur Son serviteur, afin qu'il soit un avertisseur à l’univers. } [Al-Fourqane, 1]

Un savant musulman (encore en vie) a dit au sujet de notre Prophète Mohammed suite au verset :

Cela fait partie de ses spécificités, prière d'Allah et paix sur lui, car les Prophètes avant lui étaient envoyés à leurs peuples exclusivement, quant à notre Prophète Mohammed, prière d'Allah et paix sur lui, Allah l'a envoyé aux gens dans leur totalité.

Il a obligé son obéissance à l'ensemble des Djinns et des Hommes, et Il a abrogé par sa législation ce qu'il y avait auparavant comme législations. Il est donc uniquement permis aux gens à la surface de la terre parmi toutes les communautés de suivre ce Messager, prière d'Allah et paix sur lui, celui donc qui ne le suit pas est en Enfer, qu'il soit juif ou chrétien, ou autres que les gens du Livre parmi les autres communautés.

Celui qui prétend donc qu'il est sur la religion de Moïse comme les juifs, ou qu'il est sur la religion de Jésus comme les chrétiens et il ne croit pas en Mohammed, prière d'Allah et paix sur lui, il est donc en Enfer. Il a dit, prière d'Allah et paix sur lui : « Par Celui qui détient l'âme de Mohammed dans Sa main, personne de cette communauté (l'humanité entière) juif ou chrétien, n'entend parler de moi, puis meurt sans avoir cru à ce avec quoi j'ai été envoyé, sans qu'il ne soit parmi les gens de l'Enfer. » Fin de traduction.

Source : http://vers-le-firdaws.blogspot.com/201 ... allah.html

L'imam Hammad ibnou Salama a dit : Un cheikh parmi eux s'est repenti et a dit : « Quand nous nous réunissions, si nous voyons quelque chose de bien, on en faisait un hadith !! » Mensonges attribués au Messager d'Allah et aux sahabas.

Le savant Mahmoud Choukri Al Aaloussy (mort en 1342 رحمه الله) a dit : « Le plus étonnant parmi les choses étonnantes, c'est un rafiddi qui s'affilie à un père !! » Saabou al 'adhab 'ala man sabba al asshab, page 87.

Ensuite il raconte les marchés chiites ; une seule femme peut très bien faire la fornication vingt fois par jour au nom du mouta', et des hommes touchent de l'argent pour cela. Ils disent que cela fait partie de l'islam. Que environ cinq hommes peuvent aller vers une seule femme et elle leur repartit le temps du mouta' pour chacun en 24 heures. Et même les dits "savants" parmi eux font cela. En tout cas, c'est eux qui font les "fatawas" sur ces sujets avec des paroles bestiales qui déshumanisent les femmes.
Ils disent que 'Omar ibn Al Khattab a violé la fille de 'Ali ibn Abi Talib et que 'Ali a agréé cela par peur de lui. Etc. Qattalahoum Allah.

Certains représentants chiites sont allé vers l'imam sounni Mohammed Al Amine Al Chanqitti (mort en 1393 - رحمه الله -) pour débattre avec lui. Il leur a alors dit : « Si nous serions d'accord sur des bases uniques, j'aurais débattu avec vous. Mais nous avons une base et vous avez des bases. Et de façon plus clair ; nous avons une religion et vous avez une autre religion. Et au-dessus de tout cela ; vous les gens du mensonge et de l'hypocrisie. »

L'imam ibnou Baz a cité comme première preuve que les rafiddas sont kouffars ; leur attaque contre le Coran et le fait qu'ils disent qu'il est incomplet.

Autre remarque : Platon le grec a dit au sujet des morts pour sa patrie : « comme s'ils étaient des génies, leurs tombeaux seront l'objet de notre culte et de notre vénération. » ("La République" p.224, traduction de 1966) !!

Son hérésie est bien la preuve de son immense ignorance ! Comment délaissez le culte du Dieu Vivant qui ne meurt jamais, Celui qui donne la vie et la mort pour finalement adorer des pauvres mortels ?!

Allah est meilleur que tous les génies et tous les morts. Aucun génies, ni aucun mort, ni aucune tombe ne mérite notre culte. Voyez donc l'origine lointaine de la religion de ceux qui se prosternent vers la tombe de Khoumeyni en Iran et adorent plusieurs morts dans ce pays. L'injustice est la même, et le chemin vers l'Enfer éternel est le même.


Mon blog : http://vers-le-firdaws.blogspot.com/

_________________
Mon blog : http://vers-le-firdaws.blogspot.com/


Haut
  Profil Site Internet 
 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités

Permissions de ce forum:

Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 


cron
Créer un forum | © phpBB | Entraide & support | Forum gratuit